Histoire de La photographie




LA PHOTOGRAPHIE :

Tout d’abord qu’est ce que la photographie ?
Photo > photon qui signifie particule de lumière
Graphie > écriture
Donc photographie = écriture de la lumière.

Depuis son invention, qui date officiellement de 1839, la photographie a évolué au fil des nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de l’optique, de la chimie, de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de l’informatique. Nous vous proposons de retracer les grandes étapes de l’histoire de la photographie, des premiers clichés à l’avènement de la photo numérique.

L’invention de la photographie :
Tout d’abord je vais expliquer le premier négatif au monde (non fixé).
Pour ses premières expériences, Nicéphore Niépce dispose au fond d’une chambre obscure des feuilles de papier enduites de sels d’argent, connus pour noircir sous l’action de la lumière. Il obtient alors en mai 1816, la première reproduction d’une image de la nature : une vue depuis sa fenêtre. Il s’agit d’un négatif et l’image ne reste pas fixée car, en pleine lumière, le papier continue de se noircir complètement. Il appelle ces images des « rétines ».

Afin d’obtenir des images positives, Niepce s’oriente vers les composés qui se décolorent à la lumière au lieu de noircir. Il essaie alors les sels et oxyde de fer ainsi que l’oxyde noir de manganèse. Bien qu’il obtienne des résultats, il achoppe toujours sur le problème du fixage où il est nécessaire d’éliminer le produit initial qui n’a pas été transformé par la lumière.




L’invention de la photographie nécessitait la réalisation d’un dispositif optique permettant la création de l’image et la découverte d’un moyen de fixer cette image sur un support durable par un processus chimique irréversible. 
Les deux phénomènes nécessaires pour obtenir une photographie étaient pour certains connus depuis longtemps, notamment l’effet de la lumière sur le chlorure d’argent. 
Ainsi dès 1780 Jacques Charles, avait réussi à figer de façon fugitive une silhouette sur du papier imbibé de chlorure d’argent par le procédé de la chambre noire. 
Vers 1826, Joseph Nicéphore Niepce parvient à fixer des images de qualité moyenne sur des plaques d’étain recouvertes de bitume de Judée (une sorte de goudron naturel ayant la propriété de durcir à la lumière). Cette première « photo » a nécessité une pose de plusieurs heures.
La date officielle de l’invention de la photographie est 1839 : François Arago présente à l’Académie des sciences le daguerréotype, une amélioration de l’invention de Niepce due à Louis Jacques Mandé Daguerre qui réduit le temps de pose à une demi-heure. 
Même si ces images ne pouvaient être produites qu’en un seul exemplaire à la fois pour un résultat d’une qualité aléatoire, la longue histoire de la photographie est en marche.

Les évolutions techniques
Au cours de l’histoire de la photographie, les progrès techniques permettront la réduction du temps de pose (grâce à l’augmentation de la rapidité des surfaces sensibles et de la luminosité des objectifs), une amélioration de la stabilité de l’image obtenue et une simplification de l’utilisation de cette technique. 
Les appareils deviendront à la fois de plus en plus légers et de moins en moins chers, le développement sera facilité par les progrès de la chimie, avant d’être bouleversé par l’introduction de l’informatique qui permet la numérisation de l’image.



L’invention du négatif
C’est à William Henry Fox Talbot (1800-1877) que l’on doit l’invention, en 1840, de la « collotypie », un procédé négatif-positif qui permet la diffusion multiple des images. 
Différents procédés vont se succéder dans la seconde moitié du XIXème siècle et permettre d’améliorer la qualité des images, la sensibilité à la lumière des surfaces sensibles et de simplifier la prise de vue. 
Alors que les premiers clichés étaient réalisés sur des plaques de verre encombrantes, lourdes et fragiles, en 1884,George Eastman invente les surfaces sensibles souples et le film en celluloïd. Cette étape importante de l’histoire de la photographie va permettre de stocker plusieurs images dans l’appareil.
La photographie en couleur
Autre étape importante dans l’histoire de la photographie, le premier procédé véritablement pratique de photographie en couleurs apparaît au début du XXème siècle. 
Il s’agit de l’autochrome, inventé par les Frères Lumière en 1903 et commercialisé à partir de 1907, avec pour support la plaque de verre. 
Ce n’est qu’en 1935 que la photographie en couleur se répand avec des appareils compacts dotés des premiers films en couleur, l’Agfacolor et le Kodachrome. 
Le succès à grande échelle de la photographie dépendait de la possibilité de tirage sur papier, une innovation que permet le Kodacolor qui se diffuse largement dans les années 1950 sous le format 135.
Le petit format
C’est en 1913 qu’Oskar Barnack construit le premier prototype du Leica, qui fut produit et commercialisé à partir de 1925. Cet appareil fut le premier à utiliser le format 24×36, une innovation déterminante dans l’histoire de la photographie. 
Auparavant, le format des images négatives était au minimum de 4,5 × 6 cm et plus souvent de 6 × 9 cm et plus, si bien qu’il était difficile de disposer sur une même pellicule de plus d’une douzaine de vues. 
L’utilisation du film de 35 mm avec des clichés de 24 × 36 mm permet de tripler l’autonomie d’un film. Le 24 × 36 devient alors le standard le plus utilisé dans la pratique photographique tant amateur que professionnelle et ce jusqu’à la fin du XXème siècle.




Le Polaroïd
Le Polaroïd, premier appareil à développement instantané, est mis au point vers 1948, par Edwin Land, puis adapté à la Photo couleur en 1962. 
Tous les procédés photographiques actuels par image argentique ne sont que des perfectionnements de ces inventions qui ont jalonné l’histoire de la photographie.
La photographie Argentique

Capture d’écran 2015-02-14 à 14.43.41

L’appareil photo argentique est appelé ainsi car sa pellicule est recouverte de sel d’argent ce qui lui permet de fixer la lumière et d’ainsi obtenir un négatif (noir & blanc).
Tout appareil photographique est en fait une chambre noire plus ou moins complexe.
Le principe est « simple » : la lumière projeté qui entre par un petit trou (le sténopé) dans une boîte hermétique est l’image opposée des objets situés devant la boite.

La technique de la photographie (argentique) fut découverte dans les années 1820-1840 par N. Nièpce, du moins le pense-t-on puisque le premier cliché que l’on possède date de ces années là. Pourtant beaucoup de points importants de la photographie avaient été pressentis dès le Iv ème siècle avant J.C. par Aristote qui avait découvert le principe de la chambre noire ou encore Léonard de Vinci (XV/XVIème siècle). Certains savants du Moyen-âge avaient aussi découvert les propriétés étonnantes du chlorure d’argent et sa sensibilité à la lumière.

La toute première photo d’après les sources :

premiere_photo

La photographie Numérique

Avec le XXIème siècle, l’histoire de la photographie entre dans l’ère numérique : les techniques informatiques permettent de transformer une image en une série de points, les pixels. Le film sensible est remplacé par des capteurs électroniques de l’image. 
Cette technologie marque donc une rupture complète avec les procédés physico-chimiques qui étaient à l’origine de la technique photographique. 
La résolution de ces capteurs (le nombre de pixels qu’ils sont capables d’analyser) évolue très rapidement et l’évolution technologique semble condamner la technique argentique à ne subsister que sous forme d’expression artistique.

Voici ce que l’on peut considérer comme le premier appareil photo numérique.
Appareil photo Kodak

Capture d’écran 2015-02-14 à 18.09.14

Ce prototype est le premier appareil photo qui n’utilisait pas de film photographique, il fut inventé dans un laboratoire de l’usine de Kodak à Rochester en décembre 1975.
Il était composé d’une optique de caméra Super8, un enregistreur de cassette, 16 batteries, un nouveau capteur CCD et divers composants électroniques pour relier tout ça.
L’appareil capturait une image avec une résolution de 100 lignes grâce à son capteur et envoyait les informations sur une cassette en 23 secondes.
Pour montrer les photographies ainsi réalisées l’équipe relia un lecteur de cassette à une télévision qui affichait l’image interpolée.

Kodak déposa un brevet et montra son invention lors de réunions avec des employés mais elle fut accueillie avec scepticisme, les gens se demandant quel était l’intérêt de voir des photos sur une télévision et à quoi pourrait bien ressembler un album photo « numérique ».
En dehors du brevet l’appareil ne fut pas révélé au public avant 2001.
Dans un rapport technique les ingénieurs qui l’ont inventé notaient :
« L’appareil photo décrit dans ce rapport représente la première tentative de montrer un système photographique qui pourrait, avec des améliorations de la technologie, substantiellement changer la façon dont les images seront prises dans le futur. »
Cependant, dans beaucoup de mes recherches j’ai trouvé que soit disant le premier appareil photo « numérique » est l’entreprise SONY qu’i laie fabriqué.
C’est dans les années 1970 qu’apparaissent les premières caméras vidéos destinées aux particuliers. Le constructeur Sony décide en 1981 d’utiliser ses connaissances afin de fabriquer un appareil photo magnétique, ancêtre du numérique : le Mavica.

Capture d’écran 2015-02-14 à 18.09.49

Par la suite plusieurs d’autres modèles de plus en plus performants suivront ce qui aboutira finalement à l’apparition du numérique vers la fin du 20ième siècle grâce aux avancées technologiques comme la nanotechnologie et le nombre grandissant de foyers équipés d’ordinateurs car alors, l’utilisation du numérique prend tout son sens.

La photographie numérique est une technologie qui permet de recueillir la lumière sur un capteur photographique électronique, ce qui remplaça la pellicule. Cette technologie là convertit l’information reçue par ce support pour la coder numériquement.
Un appareil photo numérique utilise un capteur CCD ou CMOS pour acquérir les images, et les enregistre habituellement sur des cartes mémoires. Ainsi, l’appareil est équipé d’un écran à cristaux liquides ou diode électroluminescente organique permettant de prendre et visualiser les clichés.
L’appareil photo numérique est composé essentiellement de 3 choses :
L’objectif : il est formé de lentilles et envoi l’image sur les capteurs, il permet de focaliser, c’est à dire de rendre la photo nette. Il est composé de deux fonctions : le focale fixe, un semi grand angle qui, si il fait 35mm correspond à la taille d’une photo standard et d’un zoom optique.
Les capteurs : ils définissent directement la qualité de l’image. Leur principale caractéristique est leur définition, c’est à dire le nombre de pixels (points qui composent une image) qu’ils contiennent. Plus il y aura de millions de pixels, mieux sera la résolution de l’image.
Le viseur : il permet d’effectuer le cadrage. Il existe deux possibilités de cadrage, le cadrage traditionnel que l’on trouve sur les appareils argentiques et l’écran de visualisation propre au numérique et qui permet de visualiser directement la photo que l’on veut/vient (de) prendre.
Son mode de stockage :
L’appareil photo numérique permet de transférer des images numériques sur un ordinateur sous format « JPEG », qui est un format compressé. Il transforme donc l’image en un fichier numérique, plus ou moins volumineux selon la résolution des capteurs notamment (plus il y aura de méga pixels, plus le fichier sera volumineux). Ce fichier est tout d’abord transférer dans une carte mémoire insérer dans l’appareil ou dans sa mémoire intégrée (très faible).
Dans un appareil photo numérique, nous avons le choix de la qualité des photos, ainsi en allant dans le menu, on peut choisir si la qualité sera optimale, moyenne ou minimale. Plus la qualité sera grande, moins on pourra stocker de photos sur la carte mémoire ou dans la mémoire intégrée.
Le transfère des photos :
Il se fait le plus souvent via un cordon qui relie l’ordinateur à l’appareil photo mais il peut aussi se faire à l’aide d’un lecteur de carte SD ou micro SD (carte mémoire) directement intégré dans la tour de l’ordinateur ou branché à part. Le logiciel fournit avec l’appareil permet de contrôler facilement le transfert des fichiers mais il n’est pas obliger de passer par lui.




Sharing is caring!