Tout le monde le sait pertinemment que nous sommes dans une période de technologie  très très avancée, mais ce n’est pas pour autant que beaucoup de personnes cherchent tout de même a continuer avec la photographie argentique. C’est pour cela que je vous ai préparer cet article afin que vous puissiez voir les différences entre ces « deux mondes » de la photographie.

 

 

Après notre petit rappel sur l’histoire de la photographie une question courante se pose réellement par les passionnés de la photographie : l’argentique ou le numérique ??

Comme j’ai dit cette question vient assez fréquemment et une bonne et pure raison : l’argentique est dépassé depuis bien longtemps par le numérique, mais le numérique est-il aussi bon que l’argentique en question de qualité ?

 

Pour cela, étudions les inconvénients et les avantages des deux appareils.

Les inconvénients de l’argentique :

-On ne peut pas revenir en arrière une fois la photo prise, si elle est floue, sombre etc…

-On ne peut pas supprimer des photos déjà prisent

-Le temps d’attente avant de voir les clichés peut être long (plusieurs heures, voir plusieurs jours)

-Le résultat peut être très décevant (les réglages mal effectués, photos « brûlée » )

-Si l’on veut partager ses photos sur le net ou les stocker sur un ordinateur, cela prendra du temps.

-C’est un appareil peut économique car les pellicules coutent relativement chers et le développement aussi.

Les inconvénients du numérique :

-Son temps de prise peut être long selon le model

-La consommation des piles pour les anciens modèles, ou l’épuisement rapide des batteries.

-Son zoom est parfois décevant pour un model de type compact (là encore, les progrès technologiques ne cesse de l’améliorer)

-Son utilisation est souvent plus complexe que l’argentique car il est doté de nombreuses fonctions.

Les avantages de l’argentique :

-Pour les modèles basiques, son utilisation est facile

-Il est peu couteux à l’achat (on peut en trouver pour 25€ en bon état sur le net)

-Il est moins fragile que le numérique (très peu d’électronique, peu de risque de panne)

Les avantages du numérique :

-Il peut être doté d’une grande capacité de mémoire (selon le type de carte mémoire ou micro SD utilisée)

-On peut visualiser le cliché à prendre ou déjà prit

-On peut supprimer, recadrer les photos prises

-On peut contrôler les photos à développer et même les développer chez nous si on possède une imprimante et du papier photo (beaucoup moins difficile que la chambre noire)

-Si l’on veut mettre les photos sur l’ordinateur, les partagés instantanément c’est simple et rapide !

 

Pour avoir une idée plus clair sur l’argentique, lisez l’opinion de 5 photographes sur l’argentique dans cet extrait d’une interview du magazine Kinfolk. Ils répondent à la question : « pourquoi utilisez-vous l’argentique ? »

 

01

 

Photo par James Fitz pour Kinfolk.

Tec Petaja : J’ai commencé avec l’argentique et lorsque je suis passé au numérique à l’université, je me suis rendu compte que je n’obtiendrais jamais le look et l’esprit que je voulais. Après avoir passé des heures derrière un ordinateur pour essayer d’obtenir le look « pellicule », j’ai su qu’il fallait que repasse à l’argentique, sinon je ne serais jamais satisfait du résultat de mes photos. La plupart des gens qui voit une photo argentique sentent qu’il y a quelque chose de différent et l’adorent sans trop savoir pourquoi, et la plupart du temps, c’est parce qu’elle a été photographiée sur pellicule. Ces dernières années, je me suis beaucoup amusé à imposer mon style sur pellicule et je ne reviendrai sans doute jamais au numérique.

Carissa Gallo : Je ne m’y connais pas exceptionnellement bien en technologie, alors c’est peut-être ce qui est le plus logique pour moi. Je trouve que les résultats obtenus sur pellicule sont en général plus en accord avec ce que j’espère et ce que j’imagine. J’adore la dose supplémentaire de réflexion qui va avec le travail de composition et de photographie – surtout quand on est conscient de payer pour chaque image !

James Fitzgerald : J’adore l’émotion que la pellicule capture et les qualités de couleurs difficiles à reproduire lorsque l’argent réagit à la lumière. Il y a aussi l’avantage de pouvoir choisir parmi plus de 70 ans d’équipement photo.

Geoff Jensen : J’utilise l’argentique parce qu’il a une bonne texture, et parce qu’on est obligé de bien réfléchir pour composer un portrait ou un paysage comme il faut, à cause du nombre limité de clichés restant dans l’appareil. Il y a un effet thérapeutique à photographier deux ou trois clichés qui fonctionneront plutôt que 17 médiocres, et de ne pas avoir à me dire que je vais devoir utiliser Photoshop par la suite.

Travis Elborough : Je suis lié à la pellicule par habitude, à cause de mon âge et de mon côté têtu, en fait. Il est facile de devenir fétichiste de l’argentique. Ou alors, c’est moi qui trouve facile d’en être fétichiste. Tout le travail de bricolage autour du processus pour charger la pellicule, la faire avancer et photographier – et le rembobinage et le déclencheur sur mon appareil principal, un vieil Olympus OM1, sont si concrets, métalliques et lourds, qu’on vous pardonnera d’avoir occasionnellement l’impression d’utiliser un vieux pistolet Smith&Wesson – puis le fait de rembobiner la pellicule terminée et de la sortir de l’appareil sans l’exposer… tout cela… comment dire ? C’est une cérémonie tellement plaisante, quelque part. Chaque pellicule devient pratiquement un rite. Je pense aussi que les contraintes et limites, de façon perverse, peuvent être source de libération créative. Avec l’argentique vous n’avez que 24 ou 36 poses par bobine. J’ai le sentiment, mais peut-être que je me trompe, que c’est ce qui vous fait réfléchir avant de prendre une photo. Mieux vaut ne pas gâcher trop de poses inutilement. Mais peut-être qu’avant tout, l’argentique est délibérément aléatoire – et ainsi il peut ajouter à la vie autant de joies que de déceptions. Jusqu’à ce que votre pellicule soit développée, vous n’avez aucun moyen de savoir si ce que vous avez pris va ressortir et si cela va être une bonne photo. En cela, l’argentique reste mystérieux et plutôt magique. Et puisqu’une pellicule peut prendre du temps à terminer ainsi qu’à être développée, je trouve que c’est un antidote parfait à l’immédiateté ambiante que l’on connaît de nos jours.

 

 

Sharing is caring!

Related post

Comment(0)

Laisser un commentaire